propos de Voyages immobiles

Les photographies sélectionnées pour cet ouvrage ont été réalisées principalement lors de voyages effectués entre 1989 et 1992. Les planches contacts ont ensuite dormi pendant des années. Puis, en revisitant et en retravaillant les négatifs, une trame a semblé en émerger.

Ainsi, chacune de ces images est un voyage, un monde en soi, que l’appareil photo a figé et suspendu dans le temps. Des voyages immobiles. La dualité représentée par ces mots se trouve en quelque sorte réconciliée dans ces images qui les incarnent. Aussi, le blanc et le noir se déversent l’un dans l’autre à la manière dont un artiste barbouillerait la surface de papier vierge d’un trait de fusain, comme une fumée qui envahit tout. Enfin, la composition des images évoque la théâtralité du cinéma, traçant un fil conducteur de l’un à l’autre de ces voyages immobiles.

Galérie :